Bouffe: Troubles alimentaires

Rares sont ceux qui sont 100% satisfaits de leur corps.

Le physique est différent pour chaque être humain et c’est aussi cette diversité qui fait sa beauté.

Ce qui compte, c’est de se sentir bien dans sa peau et de donner à son corps ce dont il a besoin. Ce n’est pourtant pas toujours facile.

Deux chiffres clés sur les troubles alimentaires

DE 14 À 25 ANS, c’est l’âge moyen où les jeunes développent des troubles du comportement alimentaire. À l’adolescence, on traverse toutes les nouveautés de l’âge adulte: changement de niveau scolaire, quête d’identité, puberté, premier amour, recherche d’un travail… de quoi avoir pas mal de stress. Pour affronter ces moments d’instabilité, certaines personnes essayent de reprendre le contrôle en ayant recours à des comportements extrêmes vis-à-vis de leur corps et de leur alimentation. 

100 000 personnes au Québec sont atteintes d’anorexie, de boulimie et autres troubles alimentaires, Les troubles alimentaires ne concernent pas que les adolescentes et peuvent toucher tous les genres, les origines et les statuts socio-économiques. Au cours des dernières années, les médecins ont même observé une hausse des cas chez les femmes de 30 ans et plus.

L’obsession de la minceur

LA BOULIMIE

Une crise de boulimie consiste à ingérer en grande quantité et de manière incontrôlable des aliments souvent interdits, En contrepartie, la personne va essayer de compenser, obsédée par sa quête du corps parfait. Ainsi les épisodes de suralimentation sont suivis de vomissements, de prise de laxatif, de restrinctions alimentaires ou d’exercice physique excessif.

Les conflits ou tensions avec des proches, les émotions dérangeantes, un malaise intérieur, peuvent déclencher ces crises qui réconfortent la personne sur le moment, mais l’envahissent ensuite de sentiments négatifs comme la honte, la culpabilité et l’humeur dépressive.

L’ANOREXIE

L’anorexie consiste à diminuer drastiquement son poids par des régimes, des jeûnes, des vomissements provoqués, l’utilisation de laxatif ou l’exercice physique, Obsédée par le poids, la nourriture et l’image corporelle, la personne anorexique va ressentir un fort sentiment de contrôle sur son corps en se privant de nourriture.

La bigorexie

C’est l’association des termes « big » et « orexie », comme dans « anorexie », mais c’est un peu tout le contraire. Touchant davantage les hommes, ce trouble de l’apparence consiste à s’entraîner de façon obsessive, à contrôler son alimentation de manière drastique et à absober divers suppléments alimentaires et produits de santé naturels afin d’augmenter sa masse musculaire. Souvent, le fait de manquer un entraînement déclenche une grande anxiété chez la personne pour qui s’entraîner est central. Cela tend même à empiéter sur sa vie sociale, familiale ou professionelle. Les milieux du culturisme et de la course à pied sont majoritairement touchés par ce trouble.

Trouver de l’aide

Tu t’isole? Manger avec tes proches ou tes amis te paraît un calvaire? Tu es obsédé.e par la nourriture et par ton poids?

Si tu te reconnais dans un de ces comportements, parles-en à une personne de confiance ou fais appel à une ressource spécialisée dans le domaine. Remonter à la source des problèmes grâce à un travail psychologique sur le long terme est souvent gagnant.

Ligne d’écoute de ANEB QUÉBEC:

1-800-630-0907

514-630-0907

source: OPA : outilspourlautonomie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *